Tu le sais le mois de février est le mois sans supermarché, le défi lancé par En vert et contre tout (blog sur l’écologie). L’idée est de mettre en avant nos commercants, producteurs ou encore épiceries locales pour soutenir l’économie qu’on souhaite voir se développer demain. Et oui demain nous serons tous consom’ACTEURS !

—-

Pour les plus pressés – Résumé de notre article : Nous avons relevé le challenge ! 1 semaine sans supermarché avec des courses pour 2 en vrac pour 35 euros. Nos conseils : un menu fait à l’avance pour ne rien oublier lors des courses, de l’anticipation, de l’organisation et un peu de flexibilité si on a un imprévu. Ne pas hésiter à innover dans ses recettes 😉 !

—-

Les Nanas Zéro Déchet ont repris et lancé le défi aux apprentis zéro déchet en partageant toutes leurs courses pendant une semaine pour voir ensemble si le défi est facile ou difficile à relever… Et il est déjà l’heure de faire le bilan ensemble !

Récapitulatif des étapes du défi :

 

  • Mardi 18 février : lancement du défi pour une semaine ensemble. L’idée s’entraider pour voir si le challenge est réalisable !
  • Vendredi 21 février : lancement d’une foire aux questions sur Facebook et Instagram pour échanger entre apprentis zéro déchet et voir les potentiels freins au défi.
  • Mercredi 26 février : l’heure du bilan en vidéo ou article = vous avez voté pour un article alors je m’exécute sans plus tarder 💪.

Le contexte : notre situation

Je resitue le contexte et je vous explique ma situation pour vous aider à comprendre. Nous sommes un foyer de deux personnes avec une personne ne déjeunant pas à la maison le midi. Nous mangeons très très peu de viande (je n’en achète jamais) et avons une alimentation plutôt végétale. Nous avons à proximité de chez nous TRES PROCHE ET TRES TENTANT, un carrefour city à 7 minutes de marche. Un Chlorophylle, magasin bio en coopératif à 20 minutes de marche. Et une épicerie vrac (tu ne marches pas pour y aller), à 10 min de marche + 20 min de bus !).

Habituellement, nous allons assez régulièrement à Chlorophylle (magasin bio sous forme coopérative) et en épicerie vrac. Dès que je passe à proximité j’en profite pour faire mes courses d’appoint là-bas. À Nantes nous avons le choix entre Obocal, Jolis Bocaux, Dose de Sens, Chez La Voisine, Myrtille et Olive, Day by Day

Bref, une organisation qui me convient très bien mais que j’ai donc voulu améliorer en allant uniquement en épicerie à vrac, sans supermarché (bien que je ne considère pas du tout Chlorophylle comme un supermarché classique !) 💪. 

Je me suis donc rendue en épicerie à vrac Chez La Voisine mercredi dernier pour faire mes courses de la semaine. C’était parfait, ça m’a permis de vous montrer comment fonctionne une épicerie à vrac sur Instagram et Facebook, comment on s’organise quand on part faire ses courses en épicerie 💪.

Et hop en moins d’1h j’avais fait mes courses en vrac en ayant en plus le plaisir d’avoir le beau sourire d’Hélène la gérante de l’épicerie Chez La Voisine.

Notre panier de course pour 2 pour 1 semaine :

Pour 1 semaine nous avions pour 35 euros :

  • Un poireau
  • 3 carottes
  • 2 panais
  • 3 kiwis
  • 4 pommes
  • 2 bouteilles de lait de riz
  • Un yaourt en pot consigné 500 gr
  • 3 œufs
  • Des flocons d’avoines
  • Des pépites de chocolat
  • Du pain T80
  • Des pois chiche
  • Du sarrasin
  • Une conserve de lait de coco
  • Jus de tomate
  • 1 oignon jaune
  • 1 bouteille de Bissap, 1 bouteille de cidre
  • ½ butternut

Tout ça pour préparer mon menu de la semaine :

Purée de légumes + sarrasin, soupe, dahl de lentilles, curry de légumes, chili sin carne, apéro de vendredi soir & samedi soir (pois chiches grillés), les petits dej, tarte aux poireaux…

 

Réussir ses courses sans supermarché :

A chaque fois que je pars faire mes courses, je m’organise en ayant :

  • Des sacs à vrac
  • Un beewrap (si je veux du fromage)
  • Un tupperaware (si je veux crème ou autre…)
  • Un sac à dos
  • Des cabas
  • RÉFLÉCHI A L’AVANCE A MON MENU DE LA SEMAINE !

    Le fait de faire son menu à l’avance est indispensable pour n’acheter que l’essentiel et ne rien oublier (et éviter d’aller au supermarché donc !)

    Comme Lucie, adopte toujours dans ton sac à dos l’essentiel de l’apprenti zéro déchet (quelques sacs à vrac, un beewrap…) Comme ça si tu passes proches d’une épicerie à vrac, d’une boulagerie, et j’en passe tu auras tout pour acheter ce qu’il te manque.

 

 

3 clefs de réussite indispensables = un défi gagnant !

Anticipation – Organisation – Adaptabilité

Au final bilan de la semaine plutôt bien réussie. Les clefs de réussite pour éviter le supermarché plus proche sont liées à notre adaptabilité, notre anticipation et le stock que nous avons chez nous !

L’adaptabilité :

Samedi, j’ai voulu faire un crumble de butternut (recette très sympa au passage). Mais j’avais oublié le beurre de ma liste de course et je pensais en acheter lors de mes passages en ville, mais j’avais finalement oublié ! Pour ne pas craquer et aller en chercher au Carrefour à coté, j’ai decidé d’innover en faisant des recherches pour remplacer le beurre dans ma recette. Au final : un plat réussi et un passage au supermarché évité 😉 ! Pas si difficile il ne fallait qu’un petit peu d’inventivité !

 

Anticiper aussi l’apéro !

Pour ne pas craquer aussi au moment critique (en allant vendredi soir 19h30 à l’apéro chez les copains), il fallait anticiper un peu ! Avoir pensé auparavant aux pois chiches à faire griller a vraiment aidé. (Bon ils ont fini de griller chez les copains !) Et à la petite bouteille de Bissap (lors des courses) pour accompagner l’apéro !

Avoir du stock

Un dernier truc qui nous a vraiment bien aidé à innover aussi en cas de manque d’un

ingrédient (pour ne pas courir au carrefour city à 5 min à pied). C’est d’avoir un peu de stock pour anticiper une recette qu’on aurait envie de faire etc. Un peu de stock d’ingrédients de base pour remplacer un ingrédient qu’on aurait pas par un autre par exemple (farine, œufs, beurre, lait végétal, chocolat pour dessert, pâtes…)

Franchement vraiment pas si compliqué avec un peu de volonté et d’anticipation !

On peut le dire fièrement, c’est un défi réussi ! Et vous alors c’était comment ?

La réponse à vos interrogations pendant le défi :

 Durant toute la semaine et lors de la foire aux questions je vous ai questionnés pour comprendre vos freins à aller en épicerie à vrac, boulangerie, poissonnerie, petits producteurs…  ! Il en ressortait que vous étiez méfiants vis-à-vis de l’hygiène des silos (peur des mites alimentaires). Ou que le prix était un frein à aller en épicerie vrac.

 Pour l’hygiène des silos :

En ce qui concerne l’hygiène des silos (aucune inquiétude à avoir à mon sens) les épiceries vrac suivent des formations et sont très vigilantes vis-à-vis de ces points d’attention. Si vous avez un doute, rien ne vous empêche de questionner les gérant(e)s de l’épicerie avec bienveillance.

Pour les mites alimentaires vous avez été au top et vous avez partagé toutes vos astuces. Les techniques les plus efficaces apparemment visent à mettre vos bocaux 24h dans le congel avant de les mettre dans le placard pour éviter tous les soucis. Certain(e)s évoquaient aussi le fait de laisser des feuilles et branches de lauriers dans les bocaux et que cela était très efficace ! Jamais testé, vous testez et me redites !

Pour le prix :

La question n’est vraiment pas simple. Je suis persuadée qu’en consommant différemment on peut aussi avoir un panier moyen accessible aussi en épicerie vrac. (Nous avons fait nos courses pour 35 euros). C’est certain qu’il ne sera dans ce cas pas possible de consommer, faire ses courses comme au supermarché.

Si vous comparez les produits bio de l’épicerie vrac versus les produits sans label du supermarché … Les produits ne sont pas comparables, ils ne sont pas fabriqués de la même manière, ils ne sont pas aussi intéressant nutritionnellement parlant l’un que l’autre… C’est certain qu’acheter en épicerie vrac demande de changer nos modes de consommation mais c’est aussi pour le mieux de notre santé & de notre planète.

Comme pour le zéro déchet en général, il faut trouver le juste milieu qui te convienne. C’est aussi tout à fait normal (je le fais aussi) de regarder le porte-monnaie. Pour autant, en consommant différemment en vrac tu peux aussi t’y retrouver en ce qui concerne le budget. Tu peux aussi acheter en vrac, sans supermarché en allant au marché et si tu vas en fin de marché tu pourras même négocier le prix !

Tu fais faire de bonnes affaires vrac, bio aussi en testant de sauver des paniers presque périmés avec les applications comme « Too Good to go », « Karma » ou encore « Phenix ». Comme pour le zéro déchet, vas-y pas-à-pas. Tu peux par exemple ne faire qu’une partie de tes courses en magasin bio, vrac pour tester tout d’abord avec les fruits et légumes ou ingrédients de base (pâtes, riz…). Tout est possible et la preuve est que pour 2 pour une semaine nous avons fait nos courses pour 35 euros en épicerie à vrac ! Alors à vous de tenter l’expérience et de me faire part de vos retours !

Merci aux apprentis zéro déchet d’avoir relevé le défi avec nous sur les réseaux sociaux !

On se donne rendez-vous le mois prochain pour un nouveau défi 😉 Alors des idées du prochain défi, à toi de deviner ? 😉