Sélectionner une page

Même si la pollution numérique est moins palpable que les autres types de pollution que nous connaissons actuellement, l’impact de nos actions derrière nos ordinateurs n’est pourtant pas neutre. Découvre mes 6 astuces pour minimiser ton empreinte numérique au quotidien.


Être écologique dans le choix de son ordinateur :

Allonger la durée de vie d’un ordinateur avec du matériel reconditionné

Prolonger la durée de vie d’un ordinateur peut être une bonne solution pour minimiser l’impact de la production d’ordinateur. Et croyez-moi celui-ci n’est pas neutre !

Pour fabriquer un ordinateur, nous avons besoin d’1,7 tonne de matière (plus précisément 1,5 tonne d’eau, 22 kg de produits chimiques et 240 kg de combustibles fossiles).

Et ce n’est pas l’intégralité du bilan de sa fabrication malheureusement …

Lors de sa conception, un ordinateur engendre 651 kg d’émission de CO2, soit autant qu’un vol Paris/ San Francisco. 

Choisir du matériel reconditionné :

Le matériel reconditionné et facilement réparable te permettra de mieux maîtriser l’impact de ton ordinateur sur la planète (et en plus ce sera mieux pour la planète et ton porte-monnaie alors que demander de plus franchement). 

 

Sélectionne un ordinateur qui correspond à tes besoins : 

Opte pour l’outil dont tu auras besoin, ni plus, ni moins pour maîtriser l’impact de ta bête (j’entends évidemment par la ton ordinateur).

Par exemple, une recherche d’une minute sur internet consomme 100 watts sur un ordinateur fixe, 20 watts sur un ordinateur portable et quelques watts sur tablette ou téléphone… Ça nous fait donc réfléchir à nos usages en permanence et nous donne envie d’optimiser nos façons de faire, n’est-ce pas ?

Tu peux aussi peut-être repenser tes usages pour éviter d’avoir une tablette, un ordinateur portable, un ordinateur fixe et un smartphone si ceux-ci ne te sont pas tous indispensables. 

Être écologique dans l’utilisation de son ordinateur au quotidien  

De petits gestes permettent de faire la différence  :

  • Eteindre son ordinateur en partant.
  • Eteindre les veilleuses de son ordinateur.
  • Désactiver si vous ne les utilisez pas le GPS, wifi ou bluetooth de vos appareils.
  • Mettre ses équipements en mode économie d’énergie.
  • Entretenir au quotidien ses appareils pour éviter la panne ou les soucis (antivirus..).
  • Privilégier les appareils reconditionnés et réparables.

Et notre activité numérique dans tout cela ?

Elle a elle-aussi évidemment vraiment son impact. 1 salarié français travaillant au bureau émet en 1 an 360 kg de CO2, l’équivalent d’un trajet Paris Tallinn en Estonie :O, ou encore 3460 KWH d’électricité (soit 80 ampoules basse consommation allumées 8h/jour pendant 220 jours !!) ça y est vous avez vous aussi le tournis ?

Et ce n’est pourtant malheureusement pas tout ! Vous le savez aussi, un des gros éléments polluants de notre usage du numérique ce sont notamment les e-mails, le stockage de nos données et les recherches en ligne.

 

Etre responsable dans vos envois d’e-mails et stockage de données :  

Pour vous donner un ordre d’idée, en 1h, 8 à 10 milliards d’e-mails sont échangés. Nous en recevons en moyenne 91 par jour et nous en envoyons 31 par jour :O !

Evidemment ces envois d’e-mails avec pièces jointes, (parfois en plus il s’agit de partage d’informations pas vraiment utiles transmises au voisin d’à côté) ont des conséquences.

Ces envois d’e-mails demandent de faire tourner des serveurs, des data centers qui au final contribuent à émettre du CO2 et participent activement au réchauffement climatique !

Imagine 30 e-mails stockés correspondent à l’énergie d’une ampoule 9 watts allumée pendant 24h…

 

L’impact de nos e-mails dépend aussi de leur temps de stockage, du poids des pièces jointes, de l’optimisation des images transférées ou encore du nombre de destinataires à qui tu choisis de transférer l’info.

C’est le même souci avec le stockage des données, on le sait, on est tous pareil, on garde ce fichier qui est le document brouillon de la première version du document qu’on a déjà refait 11 fois.. Au cas où… Non en vrai, il ne servira jamais mais on se dit oh ça ne sert à rien de le jeter, au cas où…

Et bien si finalement ces fichiers stockés pendant 2 ans finissent par coûter chers à notre belle planète.

Quand on sait qu’un data center moyen consomme l’équivalent de l’énergie utilisée par 3000 foyers américains, ça ne nous fait pas du tout rêver !

Et si nous étions plus responsables avant l’envoi de nos e-mails et le stockage de nos données ?

Pour t’y aider, je te délivre quelques pistes : 

 

  • Réduire le nombre de personnes en copie des e-mails.
  • Privilégier les échanges en direct avec ton équipe.
  • Transférer les fichiers via le serveur interne plutôt que les e-mails, les We Transfer (ou autre transfert dans le genre qui ne sont jamais une très bonne idée).
  • Si on ne peut pas on transfère les pièces jointes en essayant de compresser le poids des documents, photos. Pour ça vous pouvez utiliser tiny png.
  • Se désabonner des newsletters inutiles grâce à Cleanfox.
  • Supprimer les pièces jointes des e-mails auxquels on fait une réponse pour éviter de la transférer encore une fois pour rien.
  • Nettoyer régulièrement sa boite mail et son serveur pour supprimer spams, brouillons, dossiers inutiles, archive de 5 ans… A vrai dire on évite après ça les archives sur le serveur, le cloud (Google Drive et autre) et le stockage d’e-mails qui ne servent jamais.
  • Préférer le stockage local au cloud. Transporter une donnée sur internet demande 2 fois plus d’énergie que de la stocker un an.

Etre responsable dans tes recherches sur le web :  

Difficile à percevoir mais nos recherches sur internet ont elles aussi un impact sur notre chère et tendre planète. En effet lorsque nous tapons une recherche sur notre moteur de recherche préféré (Ecosia et Lilo, les moteurs de recherche solidaires bien évidemment), ces données numériques parcourt environ 15 000 km de câbles… Tout ça pour nous donner une réponse !

Quelques pistes pour chercher intelligemment sur Internet :

  • Privilégier les moteurs de recherche solidaires Ecosia ou Lilo.
  • Mettre en place des favoris dans sa barre de recherche pour les sites les plus consultés.
  • Taper directement l’url des sites que l’on connait.
  • Sur les moteurs de recherche, utiliser des mots-clefs précis et ciblés pour éviter les requêtes trop nombreuses et limiter la sollicitation des serveurs des moteurs de recherche.
  • Préférer une connexion filaire (Ethernet) plutôt que Wifi.

Avec toutes ces pistes d’amélioration, tu n’as plus qu’à mettre cet article dans tes favoris pour minimiser ton impact numérique.

Je compte sur toi, je sais que tu peux y arriver ! N’hésite pas à partager ces astuces autour de toi et aussi à tes collègues au boulot 😉

A bientôt,

Lucie des Nanas Zéro Déchet

 

Pour en savoir plus et retrouver les chiffres de cet article, consulte l’infographie de « qu’est-ce qu’on fait ? »

https://multimedia.ademe.fr/infographies/infographie-travail-ademe-logo-qqf/

Crédits photo : Infographie « qu’est-ce qu’on fait ? »